Derrière le mythe, les espionnes jouaient avec le genre

Actualité

N° 416 - Publié le 29 janvier 2024
© Crown Copyright / IWM
L'agente Jacqueline Nearne pendant les entraînements, image d'archive diffusée dans Now it can be told, 1946, RAF Unit Production, (TC : 00 : 04 : 20).

Magazine

4259 résultat(s) trouvé(s)

Loin de la figure de la femme fatale, les agentes de renseignement ont bousculé les frontières du genre en saffranchissant des stéréotypes. Deux historiens déconstruisent une vision largement fantasmée.

Mars 1935. En pleine montée des fascismes, une femme est arrêtée en gare de Brest. Très vite, la presse s’interroge, est-elle une espionne ? Accusée d’avoir récolté des informations sur la Marine au profit de l’Allemagne nazie, Lydia Oswald est jugée quelques mois plus tard. « Il y a une disproportion totale entre la faible importance de l’affaire et sa couverture médiatique », souligne Fabien Lostec, docteur en histoire à l’Université Rennes 2. La Suissesse n’a en effet pas délivré d’éléments...
Cet article est réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Connectez-vous

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest